Nous énonçons ici de brèves informations au sujet de l’alpaga.  Si le sujet vous intéresse, sachez que de plus amples explications sont proposées durant nos visites d’interprétation.  Par ailleurs, il nous fait toujours plaisir de répondre à vos questions, au meilleur de nos connaissances.

  • La fibre porte le même nom que l’animal qui la produit: l’alpaga.  
  • L’alpaga est intimement lié à la culture des Andes, région du monde où vivent près de 90% des alpagas du monde, même si on retrouve aujourd’hui des élevages un peu partout sur la planète.
  • Les Incas qualifiaient leurs toisons de “fibre des dieux”.
  • Il existe deux espèces d’alpagas: les huacayas et les suris.  Chacun produit une fibre dont l’aspect se distingue de l’autre, en faisant une matière d’autant plus versatile.
  • C’est l’une des fibres animales qui se déclinent dans le plus large éventail de couleurs.  Elle peut aussi être teinte et ce, avec différents types de pigments.
  • Sa rareté sur le marché (à travers la production mondiale de fibre animale, celle d’alpaga ne représente qu’une toute petite part) en font un produit d’exception, ce qui en accroît la valeur et accentue son caractère luxueux.
  • Les designers de haute-couture recherchent l’alpaga pour ses qualités remarquables et l’intègrent dans les collections de marques réputées et en même temps, les artisans peuvent s’approvisionner dans des fermes locales à échelle familiale.
  • C’est une fibre naturelle, produite par un animal dont l’élevage laisse une empreinte modeste sur l’environnement.
  • C’est une ressource renouvelable, puisque nous la récoltons chaque année, au cours de la tonte printanière qui, par ailleurs, se fait sans douleur et est nécessaire pour le maintien de la santé et du confort de l’animal.  
  • Bien qu’elle puisse être traitée dans des installations industrielles à la fine pointe de la technologie, la fibre d’alpaga se prête tout autant à la transformation entièrement artisanale et écologique.
  • Elle est exempte de lanoline puisque les alpagas ne sécrètent pas de suint comme le font les moutons.  Cette différence simplifie le lavage de la fibre brute qui s’apparente davantage à un dépoussiérage, par rapport au lavage de la laine qui requiert de l’eau très chaude et des nettoyants particuliers pour dissoudre cette substance grasse et tenace.  Les alpagas sécrètent une sorte de sébum dont la consistance est beaucoup plus légère.
  • Elle est hypoallergène, ce qui est lié à l’absence de lanoline, substance communément allergisante.  Les poils étant plus fins et leurs écales plus délicates, la sensation sur la peau tend à être plus douce et moins irritante, quand on compare avec la laine de mouton.
  • La fibre d’alpaga est dite thermo-régulatrice en ce sens qu’elle permet au corps de conserver une température confortable dans une variété de conditions.  Sa composition cellulaire comprenant de minuscules médulations (ou des “pochettes d’air”) elle capte et retient la chaleur du corps.  Surtout, l’alpaga nous procure un si grand confort parce que les tricots, tissages, feutres ou bourres qui en sont constitués sont légers et aéré: ils laissent circuler l’air et évacuer l’humidité… en quelque sorte, ils “respirent” en absorbant l’humidité et peuvent ensuite la dégager, par évaporation.
  • Elle résiste à l’eau.  Les gouttelettes se dépose sur l’alpaga et n’entrent pas dans la fibre.  Les propriétés hygroscopiques des poils font en sorte de répartir les particules d’eau sur toute leur surface, ce qui en accélère l’évacuation. Les étoffes d’alpaga peuvent absorber un tiers de leur poids sec en eau sans que nous percevions la sensation d’humidité.   
  • La fibre est légère et il n’est donc pas nécessaire qu’un vêtement en alpaga soit épais ou lourd pour qu’il nous tienne bien au chaud.
  • C’est l’une des fibres naturelles les plus résistantes à la tension.  
  • La structure des écales de la fibre étant plutôt lisse et délicate, les bactéries peinent à s’y incruster, ce qui contribue à en faire une matière naturellement peu propice à la prolifération microbienne et donc résistante aux odeurs.
  • Elle est peu froissante.
  • Elle n’entretient pas la combustion et résiste aux projections de particules en fusion.
  • Elle peut absorber les huiles, d’où son utilisation lorsque des déversements surviennent.
  • En règle générale, les articles en alpaga peuvent être lavés à la main et ne requièrent pas de nettoyage à sec.
  • L’alpaga est durable… et tout de même compostable!  

L’une de nos sources d’informations préférées au sujet de l’alpaga, tant l’animal que sa fibre, demeure l’association des éleveurs américains qui recherche, compile et diffuse des données notamment via son site internet, lequel est en partie accessible au public:

 Alpaca Owners Association Inc.

Quelques mots à propos du caractère hypoallergène de l’alpaga

La réputation de fibre hypoallergène ou même non-allergène qui est conférée à l’alpaga repose généralement sur le fait que l’animal ne produisant pas de lanoline, sa toison en est exempte et que par le fait même, les vêtements en alpaga le sont également.  En ce sens, les personnes allergiques à la lanoline ainsi que celles qui ne tolèrent pas la laine, pourraient trouver le confort espéré avec la fibre d’alpaga. 

Pour notre part,  notre compréhension actuelle des allergies nous empêche d’affirmer qu’une réaction allergique est impossible.  S’il est vrai que l’alpaga ne produit pas de lanoline, il produit néanmoins du sébum. Le sébum est une substance moins grasse et moins tenace que la lanoline que l’on retrouve dans les toisons des moutons, ce qui en facilite grandement le lavage.  Nous ne pouvons pas pour autant affirmer qu’une réaction allergique est impossible. De plus, il faut être conscient que des fibres sont parfois mélangées de façon volontaire et/ou qu’elles peuvent subir des contaminations croisées avec d’autres fibres (y compris de la laine) ou des matières variées (graminées, savons, teintures, parfums, etc) dont les composantes suffiraient, elles, à déclencher des allergies chez certaines personnes.  Une fois tout cela pris en compte, il demeure que l’alpaga procure un confort à bien des sceptiques et qu’un essai reste, à notre avis, la meilleure façon d’en avoir le cœur net !